LA SAISON 2008-2009

La Kinkerne
Dimanche 12 oct 2008 (18h00) Salle polyvalente de Chavanod

"Quand j'étais "French doctor" ..."
Samedi 22 nov 2008 (20h30) Salle des fêtes de Chapeiry

"Chantons Noël"
Samedi 13 déc 2008 (20h30) Eglise de Montagny-les-Lanches

Quatuor Byron
Samedi 24 janvier 2009 (20h30) Salle des fêtes de Montagny-les-Lanches

Mâ'ame Janine
Samedi 28 février 2009 (17h00) Salle polyvalente de Chavanod

"L'hôtel des deux mondes"
Samedi 21 mars 2009 (20h30) Salle polyvalente de Chavanod

"JAZZ AD LIB.QUINTET"
Samedi 25 avril 2009 (20h30) Eglise de Chapeiry

 
 
Hôtel des deux mondes
 

Théâtre - Pièce d'Eric-Emmanuel SCHMITT.

Aucun client ne sait comment il est arrivé à l'Hôtel des Deux Mondes. Personne ne sait quand il pourra repartir, ni vers quelle destination.
Dans ce lieu étrange, tout est possible ! Tragédie, comédie ?...
Six personnages en équilibre sur le fil de la vie, vont tenter d’apprendre que « la confiance est une petite flamme qui n'éclaire rien mais qui tient chaud !"
A travers ce spectacle profondément émouvant, tendre et sensible, étoilé par un humour au ton si particulier, Eric-Emmanuel Schmitt fait vibrer les mystères et pose avec brio les questions essentielles : que faisons-nous vraiment de notre vie, sommes-nous bien sûrs de savoir en apprécier chaque seconde ?
Une saisissante histoire d’amour et d’espoir qui nous concerne tous, un spectacle inoubliable qui donne tout simplement envie de vivre !
Sept Nominations aux Molières.


 

Cliquez sur l'affiche pour visiter leur site 

         


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hôtel des deux mondes

Samedi 21 mars à Chavanod – Courants d’art

 

Comment se représente–t-on le passage entre la vie et la mort ?

Eh bien non !  Nous n’avons pas eu droit au mythique tunnel, avec la belle lumière attirante à son extrémité…

Le décor est planté, sobre et dépouillé : C’est un hall de réception avec son ascenseur en fond de scène. Deux flèches indiquent «  haut » et « bas ». Serions-nous donc dans une zone intermédiaire ?

La couleur dominante ? Ce n’est pas le bleu azur d’un ciel acquis , ni le vert espérance du bon vieux plancher des vaches… C’est un gris entre deux : Ni trop clair, ni trop foncé.. plutôt gris « entre deux mondes ».

Ce lieu bizarre pourrait être comparé aux limbes, à la seule différence que les âmes en transit qui s’y retrouvent, ne sont pas âmes d’enfants. Ce sont celles d’adultes, avec leur vécu, leurs contradictions, leurs interrogations et bien sûr leur souffrance.

Ici, les archanges sans nom sont muets mais bien présents et si explicites dans leur « jeu » (bravo pour la synchronisation).

Un énigmatique « docteur S » qui ne sait pas, ou ne veut pas, dévoiler leur devenir à ses patients s’humanisera finalement au contact de ses « pensionnaires » les plus sincères.

Dans ce rôle, très bonne interprétation de Madeleine Couinard, la plus ancienne de la troupe.

La mise en scène de Béatrice Croquet limitant les déplacements au strict minimum, le succès de la pièce repose entièrement sur le jeu des acteurs, le ton, le débit , la gestique et leur engagement total.

Un 20/20 aux filles : Leur diction est claire et leur présence affirmée et rayonnante.

Un A+ pour l’excellent Alain Hamard dans le rôle du Président Delbec, P.D.G carriériste, obtus et prétentieux, confondant de vérité dans la mise à plat de ses certitudes. Le physique de l’acteur le servait au mieux.

Désolée ! mais l’amoureux tardif ne m’a pas convaincue. Dommage !… le rôle n’est  pas facile et  la méforme peut arriver à tout le monde .

Idem pour le personnage de Radjapour, tenu par Jean-Louis Chevallier qui, pourtant désopilant dans ses mimiques, a reconnu sa baisse de tonus.

 

C’est donc avec cette pièce de Eric-Emmanuel Schmitt, toute en nuances, que la troupe du théâtre du torrent a remporté deux masques d’or et représentera la France à Monaco en août prochain.

Hôtel des deux mondes entame sa troisième saison. Mais le théâtre du torrent « tourne » également trois autres pièces et son metteur en scène a d’autres projets en tête.

Nous nous réjouirons de pouvoir à nouveau les applaudir.