LA SAISON 2014-2015
 

 

 «  Jazz in Chapeiry » 

Samedi 20 sept 2014 (20h30) - Eglise de Chapeiry 
 

Véronique Pestel 

Samedi 18 Oct 2014 (20h30) - Salle des fêtes de Montagny les Lanches 
 

 

    Le Théâtre du Torrent

 « Le repas des fauves » 
 

 Samedi 22 Nov 2014 (20h30) Salle polyvalente Chavanod

 
 

 

Denis Rodi

« L'affaire Tourne'Sol »


Samedi 7 Fév 2015 (20h30) - Salle des fêtes de Montagny-les-Lanches
 

 

Entre papier et tablette,
la lecture fait sa mue... 


Vendredi 13 Mars 2015  (20h30) 

Salle polyvalente de Chavanod

 

Le Choeur de Chambre de l'Université de Genève


Samedi 18 avril 2015 ( 20h30 ) - Eglise de Chapeiry
 



 

 

Les saisons précédentes

      

                       

« LE CHŒUR DE CHAMBRE DE L’UNIVERSITE DE GENEVE »

Cinq siècles de musique, de la Renaissance à Arvo Pärt

Le chœur de chambre de l’Université de Genève est un jeune ensemble créé en février 2013 par son actuel chef et directeur musical, Sébastien BRUGIERE.

Composé de 15 à 20 chanteurs et chanteuses amateurs confirmés, curieux et d’une grande ouverture d’esprit, il se destine à interpréter principalement le répertoire a Capella de toutes époques et tous styles.

Il s’est produit en juin 2014 pour un concert exceptionnel dans la salle des assemblées de l’ONU en présence des ambassadeurs de Suisse et des Etats-Unis.

         Tarifs : 10 euros - 5 euros ( 13-17 ans )  - Gratuit pour les moins de 13 ans.


 

         

 

 

Le chœur de chambre de l’Université de Genève, à Chapeiry
Direction Sébastien Brugière

Ils sont 18 choristes, étudiants pour la plupart, d’origine très diverse à avoir ravi le public de Courants d’Art dans cette petite église de Chapeiry, réputée pour son acoustique propice à la musique vocale a capella.

On gardera le souvenir avec bonheur de leur programme qui balaya en une heure plusieurs siècles de musique de la renaissance à nos jours.

On n’oubliera pas l’exceptionnelle qualité de ce groupe, les phrasés tout en souplesse ; la grande musicalité de l’ensemble, très nuancée ; la rondeur des timbres ; la profondeur des graves ; les pianissimi qui faisaient retenir son souffle au public ou encore l’atmosphère si particulière de la musique orthodoxe.

On regrettera seulement que le pupitre des sopranes manquait un peu d’homogénéité, sans doute du fait du renouvellement récent et d’un programme, monté en 2 mois, avec des choristes qui n’ont pas encore eu le temps d’uniformiser le son du pupitre.

On a très apprécié les explications très documentées du chef et l’extrême précision de sa direction. Une soirée qui terminait avec brio la saison de Courants d’Art et où seuls les absents ont eu tort.

Jean-Pierre Devin